• English
  • Français
  • Italiano
  • Español
Betharram
Vous êtes ici :Accueil / NEF / NEF 2016 / Nouvelles en Famille - 14 avril 2016 / Spiritualité
13/04/2016

Spiritualité

Pâques dans l’année de la miséricorde

La drachme retrouvée, Godfried Schalcken, 1675-80, Collection privée

À l’occasion de Pâques, en cette année extraordinaire de la miséricorde, nous pouvons saisir plus précisément le rapport entre la résurrection de Jésus et la miséricorde.

En premier lieu, la miséricorde trouve une expression claire et entière dans la résurrection du Christ. Saint Jean-Paul II écrivait : « Dans sa résurrection, le Christ a révélé le Dieu de l’amour miséricordieux… Voici que le Fils de Dieu, dans sa résurrection, a fait l’expérience radicale de la miséricorde, c’est-à-dire de l’amour du Père plus fort que la mort. » (Dives in Misericordia, 8)

La miséricorde est étroitement liée à la résurrection. Elle est, avec elle, au cœur de la célébration de Pâques, au cœur de notre foi. Nous discernons également ce lien étroit entre la miséricorde et la résurrection dans certaines paraboles, où le retour à la maison, le retour vers le père est un symbole de la résurrection dont tous les chrétiens font l’expérience lorsqu’ils reçoivent le pardon. Le chapitre 15 de l’Évangile de Luc contient trois paraboles dans lesquelles résonne ce refrain du “perdu-trouvé”, “mort-revenu à la vie”. Ces paraboles de la miséricorde racontent de manière intense et profonde une expérience de résurrection : la brebis égarée et la joie du berger ; la drachme retrouvée et la joie conséquente de la femme ; le fils prodigue qui « était mort et qui est revenu à la vie ».

Il existe également divers épisodes racontés dans l’Évangile où Jésus non seulement prêche la miséricorde de Dieu, mais la vit également. Ces épisodes mettent en relief le lien très étroit qui existe entre la miséricorde, la compassion, et la résurrection : ainsi, Jésus, avant de ramener à la vie le fils de la veuve de Naïm, « fut saisi de compassion pour elle » (Luc 7, 13) ; ou quand il fut à la tombe de Lazare (Jn 11) et avant de lui ordonner de sortir du tombeau, il « fut saisi d’émotion, […] bouleversé ».

Dans les deux cas, pour exprimer ce sentiment de compassion et de miséricorde, les évangélistes utilisent un terme qui désigne le giron maternel et en général aussi les entrailles de l’être humain, celles-ci étant considérées, dans la Bible, comme le siège des sentiments.

Dans sa miséricorde, le Père ne nous abandonne pas dans la tombe de notre péché, mais nous rejoint et nous libère. Nous le prions souvent dans le psaume (15,9-10) : « Ma chair elle-même repose en confiance : tu ne peux m’abandonner à la mort ni laisser ton ami voir la corruption. » Tout comme la tombe qui a accueilli le corps mort de Jésus est transformée par le Père en une source d’où la Vie rejaillit, ainsi, à Pâques, le Père transforme, dans sa miséricorde, la pierre dure de notre péché en un giron, d’où nous pouvons renaître à une vie nouvelle.

La miséricorde est ensuite en mesure de réaliser la résurrection de nos frères. Là où Matthieu parle de la perfection de Dieu (Mt 5,48), Luc relève la miséricorde de Dieu : « Soyez miséricordieux comme votre Père est miséricordieux. » (Lc 6, 36). Par ces paroles, Jésus, non seulement nous révèle comment est Dieu, mais il nous dit aussi que nous pouvons contribuer à la résurrection du frère à travers nos actes de miséricorde.

En conclusion, voici comment saint Jean-Paul II exprime ce lien étroit entre le mystère pascal et la miséricorde : « Le mystère pascal constitue le sommet de cette révélation et de cette mise en œuvre de la miséricorde, qui est capable de justifier l’homme, de rétablir la justice comme réalisation de l’ordre salvifique que Dieu avait voulu dès le commencement dans l’homme, et, par l’homme, dans le monde. » (Dives in misericordia, 7)

Enrico Frigerio scj
Vicaire général

Actions sur le document

« Février 2024 »
Février
LuMaMeJeVeSaDi
1234
567891011
12131415161718
19202122232425
26272829
NEF

Logo NEFNEF, NOUVELLES EN FAMILLE

La Nef est le bulletin officiel de la Congrégation du Sacré-Cœur de Jésus de Bétharram.
La rédaction est sous la direction du Conseil général.

Pour lire la NEF, vous pouvez consulter la section appropriée du site, qui contient également les archives des dernières années.

Ci-dessous les trois derniers numéros de la NEF ...