• English
  • Français
  • Italiano
  • Español
Betharram
Vous êtes ici :Accueil / NEF / NEF 2016 / Nouvelles en Famille - 14 février 2016 / Vie de la Congrégation (1)
17/02/2016

Vie de la Congrégation (1)

150 km sur les pas des premiers missionnaires

Dans les années 50-70, des religieux de Bétharram sillonnaient les chemins escarpés des montagnes du nord de la Thaïlande pour porter la bonne nouvelle aux villages isolés. Leurs courageuses pérégrinations ont frappé la mémoire locale et leur témoignage de vie reste un exemple d’ardeur et de dévouement missionnaires. C’est en hommage à cette œuvre d’évangélisation, et pour célébrer les 50 ans de fondation des Sœurs de Marie Immaculée par Mgr Lacoste, scj qu’a eu lieu un pèlerinage de cinq jours, avec une seule règle pour tous : marcher, enjamber, descendre, remonter... sur les pas mêmes de nos frères.

Le pèlerinage a débuté le 3 décembre 2015 à Ban Huay Pong Lao, dans le district de Khun Yuam (province de Mae Hong Son). Le groupe était formé par le P. Somphong, à l’origine de l’initiative, par le P. Phairote scj, le P. Bunlert, le P. Sakchai du clergé diocésain, deux sœurs de Maepon, un catéchiste et un paroissien.

Sur la moitié de la première étape, le groupe a été guidé par un fidèle paroissien de Huay Pong Lao. Ce fut une “véritable aventure” : il a fallu gravir la montagne, descendre le long d’un torrent, traverser ruisseaux et rivières… La marche était rythmée par la récitation du Rosaire, ainsi que par la prière personnelle. Après quatre heures de marche, nous sommes arrivés à Ban Wang Kuang Tung où nous étions attendus par les gens du village qui nous ont accueillis et nous ont offert le repas. Notre guide est reparti vers son village, nous avons poursuivi notre chemin en empruntant la route carrossable jusqu’au village de Meto. Là, c’est le curé du village, le Père Jaroen, qui nous a accueillis. Après une douche “régénératrice”, la journée s’est conclue par la célébration eucharistique avec la participation des gens du village. La fatigue s’est fait sentir et certains ont dû avoir recours à un bon massage revitalisant.

La deuxième étape de notre pèlerinage nous a emmenés sur les chemins parcourus par les missionnaires “d’un autre temps”. Ces sentiers sont à l’abandon depuis plusieurs années et nous avons dû demander l’aide d’un guide connaissant bien l’endroit. Entre-temps, le groupe s’est enrichi de trois personnes. Ce fut l’étape la plus courte, avec environ 25 kilomètres.

La troisième étape de notre pèlerinage a été très semblable à la première. Tout au long du chemin, neuf autres personnes se sont unies à nous, dont une dame de 74 ans et une jeune fille de 13. Le sentier serpentait dans la montagne, la plus haute que nous ayons eu à traverser jusqu’à présent.

La fatigue n’a pas manqué de se faire sentir. Nous avions prévu de passer la nuit dans la forêt, mais après un gros orage, il nous a fallu penser à un “plan d’urgence” : il a été décidé de nous reposer à l’abri, dans le village de Ban Kong Bo. Passer la nuit en forêt dans ces conditions était risqué. En attendant, l’un de nous a fait un détour pour apporter l’Eucharistie aux fidèles du village de Ban Din Kao.

Nous sommes arrivés à la quatrième journée de notre voyage avec quatre nouveaux pèlerins, dont trois jeunes filles de l’école Saint-Joseph dirigée par des religieuses de St-Paul de Chartres.

Ne connaissant pas la route de Mae Chaem à Mae Laek, nous avons dû glaner de nouveau quelques indications chemin faisant. Arrivés à Mae Laek, aucun de nous ne connaissait les gens du village, bien que tous étaient Karens. C’était la fin du jour, et nous ne savions pas à qui nous adresser. Heureusement pour nous, il y avait une famille chrétienne et en quelques minutes tous les gens du village étaient prêts à nous accueillir dans leurs maisons. La générosité des gens de Ban Mae Laek mérite de grandes éloges.

Le dernier jour, pour l’arrivée à notre destination finale, nous devions retrouver un autre groupe de pèlerins parti de Huay Tong et de Maepon Est.

Pour ces pèlerins, le pèlerinage d’une journée avait commencé en écoutant l’histoire de la première évangélisation par le catéchiste Tuke, qui connaît bien la vie de nos anciens missionnaires, et avec l’homélie du Père Chokdi Damronganurak, curé de Huay Tong. La marche était accompagnée ici aussi par des chants religieux et par la récitation du rosaire.

Pour le groupe qui était parti tôt le matin, dès l’aube, le chemin fut de nouveau une formidable « épreuve » : en effet, comme nous ne pouvions emprunter la route, nous avons dû parcourir les pentes de la montagne du Doi Inthanon en pleine forêt, au risque de nous égarer. Dieu merci, un villageois du coin s’est proposé de nous accompagner et tout s’est bien passé.

Le P. Sompong a récité le chapelet. Quelques brèves haltes nous ont permis de souffler un peu, mais bientôt le froid de la haute montagne s’est fait sentir. Il nous a fallu près de huit heures pour traverser cette plus haute montagne de Thaïlande, le Doi Inthanon, tout en nous dirigeant vers l’est pour rejoindre la route goudronnée conduisant au sommet. Tandis que notre guide s’en retournait vers son village, nous avons entamé la descente vers Maepon qui était encore à plusieurs kilomètres, et aucun des marcheurs ne connaissait le chemin.

Enfin, un panneau routier nous a indiqué la distance à parcourir pour atteindre le lieu de ralliement : 11 km, soit encore deux heures et demie de marche en perspective, et même plus à cause de la fatigue !

L’autre groupe patientait déjà depuis trois heures aux portes de Maepon, mais contacté au moyen du portable, il a décidé de nous attendre pour que nous arrivions tous ensemble au terme du voyage.

Enfin, vers sept heures du soir, nous nous sommes tous retrouvés pour faire notre entrée solennelle dans Maepon. Au mépris de la fatigue, nous avons conclu “en beauté” le pèlerinage par une messe d’action de grâce pour la protection reçue pendant nos journées de marche. Le P. Sompong, dans sa brève homélie, a souligné que « même si certains d’entre nous ont marché cinq jours et d’autres un jour seulement, nous recevons tous un don : Dieu est toujours miséricordieux ».

En chemin avec le P. Phairote Nochatchawan scj et le P. Martin de Tours Thinakorn Damrongusasin scj

Actions sur le document

« Juillet 2024 »
Juillet
LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031
NEF

Logo NEFNEF, NOUVELLES EN FAMILLE

La Nef est le bulletin officiel de la Congrégation du Sacré-Cœur de Jésus de Bétharram.
La rédaction est sous la direction du Conseil général.

Pour lire la NEF, vous pouvez consulter la section appropriée du site, qui contient également les archives des dernières années.

Ci-dessous les trois derniers numéros de la NEF ...