• English
  • Français
  • Italiano
  • Español
Betharram
Vous êtes ici :Accueil / NEF / NEF 2014 / Nouvelles en Famille - 14 février 2014 / Les onze vicariats de la Congrégation (2)
14/02/2014

Les onze vicariats de la Congrégation (2)

Le Vicariat d'Argentine-Uruguay

Ses racines

La mission bétharramite en Amérique du Sud a été un des choix les plus courageux et importants de saint Michel. L’histoire en est connue de tous. De nombreux Basques avaient émigré sur le Nouveau Continent en quête d’un travail et d’un meilleur destin ; mais beaucoup d’entre eux vivaient « comme des païens » (selon l’expression du père Guimon), sans se soucier de leur formation religieuse. L’Evêque de Buenos Aires avait écrit à l’évêque de Bayonne en lui demandant l’envoi sur ses terres de prêtres basques. A son tour, Mgr Lacroix s’adressa à Bétharram. Lors de l’assemblée générale de l’Institut du 16 octobre 1854, le fondateur mit à l’ordre du jour la question fondamentale suivante : « La Société acceptera-t-elle la mission qui lui est offerte d’aller exercer les fonctions du saint ministère qui ont rapport à sa fin dans le Diocèse de Buenos-Ayres ? » La réponse fut unanime, l’aventure américaine commença.

Au bout de deux ans de préparatifs, le 31 août 1856, les premiers missionnaires partent de Bayonne à bord de l’Etincelle. Il est bon de rappeler encore une fois leurs noms : les pères Didace Barbé, Simon Guimon, Louis Larrouy, Pierre Sardoy et Jean-Baptiste Harbustan, le séminariste Jean Magendie et les frères Joannès Arosteguy et Fabien Lhopital.

Après diverses péripéties, la communauté s’établit en 1862 dans l’église de San Juan à Buenos Aires. Quelques années plus tôt, le 19 mars 1858, fête de saint Joseph, le collège San José était officiellement inauguré dans la capitale argentine, et le 1er mars 1861 était formée la première communauté à Montevideo, capitale de l’Uruguay, où en 1867 allait être ouverte une école, qui allait devenir par la suite le lycée Inmaculada Conceptión.

A partir de la fin du XIXe siècle, le nombre des communautés augmente sensiblement, en concomitance avec l’expulsion des Bétharramites de France : scolasticat d’Almagro (1898), collège de Rosario (1900), collège de La Plata (1903), communauté de Barracas (1908) et plus tard le séminaire de San Juan de Cuyo (1936) et de Rosario (1939), le scolasticat d’Adrogué (1937). En Uruguay, deux petites communautés paroissiales sont ouvertes à Atlantida (1950) et à Sauce (1987), aujourd’hui fermées.

La chapitre général de 1947 décide la subdivision de la Congrégation en Provinces. Un premier projet unit l’Argentine à l’Espagne, et l’Uruguay au Paraguay et au Brésil. En 1951 naît la Province du Rio de La Plata, formée par les résidences d’Argentine, d’Uruguay et du Paraguay. Cette organisation reste inchangée jusqu’à la fin des années 80, période où le Paraguay devient une réalité autonome en tant que vice-province, tandis que l’Uruguay devient une délégation dépendant directement du supérieur général. En vérité, l’autonomie de l’Uruguay ne dure pas longtemps ; en effet, dès les années 90, il est de nouveau uni à l’Argentine, et tous deux forment aujourd’hui le vicariat d’Argentine-Uruguay, ratifié par le chapitre général de 2005.

Roberto Cornara

Son Présent
ET SON AVENIR… avec le P. Daniel González scj

Notre vicariat a une grande histoire derrière lui et regarde avec enthousiasme le présent pour ensemencer le futur. C’est pourquoi il est actuellement en recherche. Sur ce chemin entrepris par les 18 religieux du Vicariat, nous nous sommes confortés dans l’idée que le discernement est communautaire  ; que c’est un espace de rencontre entre générations et un lieu pour prendre des décisions qui orientent notre vie conformément à l’appel reçu. Lors de l’assemblée d’octobre 2012, nous avons fait 4 choix :

1. Restructurer et réorganiser nos communautés en fonction de ce que nous sommes appelés à vivre ensemble comme religieux bétharramites, aujourd’hui.
Pour cela, nous avons échangé sur la compréhension que nous avons de nous-mêmes comme religieux, en faisant une relecture de nos présences et de nos styles, et en décidant de promouvoir le dialogue entre générations. Autant dire que l’année passée a demandé beaucoup d’efforts en matière de dialogue, de discernement et de choix ; en ce début d’année 2014, notre vicariat s’est réorganisé et s’est lancé dans de nouveaux projets qui sont à mon sens le résultat des éléments suivants : la prise de conscience de notre réalité, fragile et riche ; le désir d’être fidèles à la vocation reçue ; la créativité des religieux pour générer et donner la vie ; l’engagement et le sens d’appartenance toujours plus grands des laïcs.

Nous nous sommes proposé de vivre dans quatre communautés (Adrogué, Barracas, San Juan et Montevideo) et de passer de communautés organisées en fonction d’une mission spécifique, comme c’était le cas précédemment (communauté pour la mission rurale, communauté pour la mission dans les écoles, communauté de formation) à des communautés qui nous offrent de meilleures conditions pour vivre notre vocation et notre mission de personnes consacrées bétharramites.

Nous nous sommes proposé de centrer notre service sur 3 projets :

  • la mission populaire urbaine ;
  • la mission dans les 9 établissements scolaires ;
  • la formation intégrale.

 

Ces projets ont pour but de promouvoir un nouveau style de mission, moins individuel et plus fraternel, qui favorise le dialogue, le discernement communautaire, le travail de groupe, la mise en valeur des dons de chacun placés au service des autres, les échanges réguliers de personnes entre communautés, les occasions de fête pour le travail accompli ensemble.

2. La mission partagée avec les laïcs, réorganisation des biens au service de la mission.
Nous savons que tout baptisé est appelé à la mission, dans la complémentarité des charismes et des ministères. En 2013, le conseil de vicariat et les référents laïcs des équipes pastorales du vicariat (Jeunes, Mission, Laïcs et Education) ont travaillé au coude à coude à l’élaboration du Projet pastoral du Vicariat, dont voici l’objectif principal : “Fidèles au charisme de l’Incarnation et à l’appel de l’Eglise en Amérique latine, nous nous proposons de : “Susciter la rencontre de la personne avec Jésus Christ, pour promouvoir et former des disciples et des missionnaires afin que, répondant avec gratitude et avec joie à leur vocation, ils puissent témoigner du don reçu et transforment ainsi la réalité, en construisant le Règne de Dieu.”

Objectifs spécifiques :

  • Créer des itinéraires de formation qui aident à découvrir et vivre sa propre vocation.
  • Choisir l’option préférentielle pour les jeunes.
  • Promouvoir la formation permanente qui doit être dynamique et que l’on obtient au sein de la communauté.
  • Choisir l’option préférentielle pour les pauvres, en considérant comme pauvre non seulement celui qui manque du nécessaire sur le plan matériel mais aussi celui qui a besoin de Dieu et de l’autre.
  • Promouvoir et accompagner des communautés éducatives pastorales et missionnaires.

 

3. Créer et assumer une pastorale efficace pour les vocations.
- Dans le Vicariat nous avons trois jeunes en formation initiale, deux profès et un novice ;
- Nous comprenons la vocation dans son sens le plus profond comme un appel à la vie et à la suite du Christ, ainsi toute pastorale est vocationnelle ; aujourd’hui nous poursuivons une belle tradition de travail parmi les jeunes et avec les jeunes. Je sens toutefois que nous manquons de courage et de joie dans notre vocation, qui se veut aussi une invitation à vivre le même style de sequela. Il se peut aussi que nous ne sachions pas bien nous y prendre...

4. Définir le futur de Montevideo.
A Montevideo (Uruguay), nous avions un collège et une paroisse, mais un seul religieux. Après examen de la situation par le chapitre régional de 2010 et après une phase de discernement, nous avons choisi de renforcer la présence bétharramite en Uruguay. C’est pourquoi, ce mois-ci, est mise en place la communauté de Montevideo, composée de 4 membres, un religieux-prêtre de notre vicariat, un diacre du Brésil, un religieux-prêtre et un autre frère du Paraguay ; ils assureront une mission dans le nord du pays, à 400 km de la communauté, dans le diocèse de Tacuarembó-Rivera, et s’occuperont de l’animation de la paroisse et du collège de Montevideo.

En 2014, au cœur de l’instabilité économique et de politiques hostiles à la formation offerte par des institutions publiques à gestion privée telles que les nôtres, nous voulons aussi maintenir ces options :

  • La dimension missionnaire acquise peu à peu par nos collèges ; les nouveaux espaces qui sont en train de se créer pour favoriser “les processus d’évangélisation personnelle et d’accompagnement” pour notre personnel de direction, nos enseignants et les autres membres de l’équipe éducative.
  • Une plus grande proximité et sensibilité des religieux et des laïcs à l’égard du monde des pauvres (villes et campagnes), comme en 2013.
  • Les rencontres de formation permanente et les assemblées, espaces appréciés par les religieux, pour en faire des lieux de fraternité et de discernement communautaire.
  • Aller de l’avant en partant de décisions issues d’un discernement en commun, dans lequel nous nous sentons tous partie prenante et protagonistes.

L’année 2014 présente de nombreux défis qui pourraient susciter de nouvelles opportunités. Je prie le Seigneur pour que nous sachions nous laisser guider par son Esprit.

 

Actions sur le document

« Août 2022 »
Août
LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031
NEF

Logo NEFNEF, NOUVELLES EN FAMILLE

La Nef est le bulletin officiel de la Congrégation du Sacré-Cœur de Jésus de Bétharram.
La rédaction est sous la direction du Conseil général.

Pour lire la NEF, vous pouvez consulter la section appropriée du site, qui contient également les archives des dernières années.

Ci-dessous les trois derniers numéros de la NEF ...